L’huile de Harleem

L’Huile de Haarlem

 huile_de_haarlem

Il s’agit d’une découverte alchimique vieille de 400 ans, qui a pour origine la ville de Haarlem dans la province de Hollande du Nord aux Pays-Bas. La licence fut acquise en 1923 par Mr Thomas, pharmacien, puis transmise au Dr J. Lefevre médecin et pharmacien. Cette HUILE DE HAARLEM est issue de la combinaison du soufre avec l’huile essentielle de pin et de lin d’origine naturelle. Elle apporte à l’organisme un soufre organique non oxydé assimilable.

Histoire

Créée en 1696 par le maitre d’école néerlandais Claes Tilly à Haarlem1, peut-être d’après un processus de fabrication de Herman Boerhaave, sa notoriété fut rapidement étendue dans toute l’Europe.

L’huile était présentée comme une panacée pour toutes sortes de maux. Elle était très prisée par les marins néerlandais, qui ont propagé à travers le monde la renommée de l’huile de Haarlem en même temps que celle de la ville de Haarlem.

L’huile a donné naissance à une expression courante aux Pays-Bas : on dit d’une proposition ou d’une chose qui ne fournit pas la solution recherchée : ce n’est pas de la Haarlemmerolie.

De par son succès commercial, l’huile de Haarlem a connu beaucoup d’imitations. On alla jusqu’à copier les bouteilles et les étiquettes. L’histoire fait mention d’un produit utilisant le nom Waas Tilly, imitant Claes Tilly. C’est pourquoi au XVIIIe siècle les héritiers de Tilly ont introduit le nom d’Oprechte Haarlemmerolie (Véritable huile de Haarlem) et pourvu les étiquettes d’une signature secrète.

L’huile est toujours fabriquée en quantités modestes à Haarlem par C. de Koning Tilly Oprechte Haarlemmerolie-fabriek2.

Aux Pays-Bas et ailleurs, elle est actuellement vendue comme un produit d’appoint, essentiellement pour animaux, notamment des chevaux3.

Anétholtrithione

On a identifié comme substance active de l’huile de Haarlem le composant anétholtritione(en). L’anétholtrithione présente quelques effets cholinergétiques, et améliore entre autres la sécrétion salivaire. Pour cette raison il est surtout utilisé contre la “gueule de bois”.

L’insuffisance de salivation (xérostomie) est un effet secondaire de beaucoup de médicaments psychotropes et des tranquillisants, et peut être la suite d’une intervention chirurgicale pratiquée dans le larynx. À son tour, l’insuffisance de salivation peut causer une accélération du développement de caries. Ainsi, on a rapporté quelques dizaines de recherches sur l’anétholtrithione et son effet salivant dans l’Index Medicus et l’Index Dental Literature.

Sur le Web, on trouve plusieurs recherches en cours sur les applications possibles de l’anétholtrithione dans la Chine et le Japon, pays producteurs de l’anis étoilé, riche en anéthole, le précurseur chimique d’anétholtrithione.

Enregistrement

L’huile de Haarlem n’est pas inscrite comme médicament. L’huile de Haarlem véritable licence Thomas se trouve depuis le à l’état préliminaire dans le registre BIAM4.

L’anétholtrithione est enregistré comme médicament dans plusieurs pays5.

L’anétholtrithione ne se trouve pas dans le Registry of Toxic Effects of Chemical Substances RTECS, Registre des Effets Toxiques de Substances Chimiques) des États-Unis.

L’anétholtrithione est classée dans un guide français de médicaments sous le nom de Sulfarlem® comme d’efficacité certaine contre la xérostomie (état de sècheresse de la bouche) et dénué de toxicité. Il peut être vendu en France sans prescription médicale6.

En Belgique également, la spécialité Sulfarlem S25® [archive] est à base d’anétholtrithione.

Divers

« J’ai amené chez Cendrars, a Villefranche, Georges Vergnes qui prépare un livre sur Apollinaire. Cendrars nous raconte sa mort, le jour de l’Armistice en 1918. Guillaume avait la grippe espagnole. Cendrars avait distribué soixante-douze flacons d’huile de Haarlem, remède attribué à Paracelse, qui coûtait alors huit sous. Deux grippés ont refusé de la prendre et les deux sont morts, dont Apollinaire. Les soixante-dix autres ont guéri. »

Extrait du livre d’Albert Paraz, VALSEZ SAUCISSES, Parlons français. Éditions Amiot & Dumont, Paris

Notes et références

  1. Het wapen van Tilly : kragt en werking van het medicamentum gratia probatum ; Haarlem 1820. (OCLC 66738339)
  2. (nl) Présentation de l’histoire de l’huile sur le site municipal de Haarlem [archive]
  3. Haarlemmerolie sur le site Mokumtv [archive]
  4. Site BIAM, huile de Haarlem [archive]
  5. site BIAM, anétholtrithione [archive]
  6. H.Pradal, Nouveau guide des médicaments, éd. du Seuil, A34 (1980), pp.221-222

Source : wikipedia.com

Informations complémentaires extraites du site : http://www.acteur-nature.com/articles-divers-sur-le-monde-du-bio-et-du-naturel/les-incroyables-qualites-de-lhuile-de-haarlem.html

****

Les incroyables qualités de l’huile de Haarlem

220px-Soufresicile2Photo Fondation Wikipédia – Actuellement, il est de bon ton de tourner en ridicule d’anciens remèdes qui avaient poutant fait leurs preuves de leur incroyable efficacité sur plusieurs décennies.
S’il en est un qui surclasse tous les autres, c’est bien l’huile de Haarlem !
L’huile de Haarlem a une histoire fascinante. Elle fut le fruit d’une découverte alchimique dans la ville de Haarlem aux Pays Bas, il a 400 ans. Sa licence a été acquise en 1923 par

un chimiste français Mr Thomas puis transmis au Dr J Lefevre médecin et chimiste. Ce puissant médicament est injustement tombé dans l’oubli et c’est bien dommage.
En tant qu’Acteur Nature, nous voulons remettre en évidence les immenses qualités thérapeutiques de l’huile de Haarlem, car à l’époque de la chimie triomphante, il est heureux de redécouvrir des produits naturels vraiment actifs !

Les indications de l’huile de Haarlem

Dans une notice datant des années 1960 on trouve :

Calculs biliaires, ictère (jaunisse), troubles intestinaux, ballonnements, haleine fétide, migraines, nausées, digestion laborieuse, rhumatismes, goutte, sciatique, calculs rénaux, infections des voies urinaires, brûlures de la vessie, bronchite, catarrhes, état grippal, asthme, rhume des foins, vers intestinaux, amibes….

On pourrait croire à une forme de canular tant la palette d’effets est large et, pourtant, l’expérience nous en a confirmé le bien fondé.

Pourquoi ce produit est-il si efficace ?

La redécouverte du soufre :

L’huile de Haarlem est riche en soufre bio-disponible et ce dernier est présent dans toutes les cellules du corps dont il est un élément structural primordial.
Le soufre joue un rôle majeur dans les mécanismes de détoxification ainsi que dans la respiration tissulaire. Toutes nos cellules contiennent du soufre, mais les protéines les plus riches en acides aminés sulfurés sont celle de la couche cornée ou kératine de la peau des poils et des ongles.
La majeure partie du soufre que contient notre corps vient directement des protéines mangées. Cystéine, cystine, taurine et méthionine sont les acides aminés qui en contiennent le plus. C’est à partir de ces derniers que l’organisme élabore les composés vitaux comme l’héparine, le glutathion, l’acide lipoïque, la biotine et bien d’autres substances.

Avec l’huile de Haarlem, le soufre est fournit au corps sans passer par les acides aminés et c’est cela qui est incroyable !

Un fantastique dépolluant

Au dix neuvième siècle, le soufre était couramment employé, sans pour autant être un remède spécifique. Si l’on admet la possibilité de carence en soufre chez l’homme, les anciens remèdes sont totalement dignes d’attention.

Beaucoup de malades se rendaient jadis aux eaux thermales ( Karlsbad, Uriage…) pour y boire de l’eau sulfureuse avec grand profit.
Signalons encore que l’hydrogène sulfureux était considéré autrefois comme un contre poison en cas d’intoxication par les métaux lourds
Il existe un article du Journal of the American Medical Association datant de 1899 sur l’emploi du soufre dans le psoriasis. Dans les années 1920, on administrait couramment du soufre colloïdal par voie intramusculaire ou intraveineuse aux arthritiques. Rappelons seulement que les articulations sont riches en complexes soufrés. Le plus connu étant le sulfate de chondroïtine du cartilage, des tendons et de la matrice osseuse.

Les organes qui réclament du soufre pour bien fonctionner

Le foie : sans soufre, cet organe ne peut travailler et encore moins filtrer et éliminer les déchets que génère le métabolisme. Ceux-ci sont évacués par la bile qui, elle aussi, réclame du soufre non seulement pour bien digérer mais aussi pour bien détoxifier.

Les poumons : par cet organe il y a évacuation de pleins d’éléments indésirables tant sur le plan environnemental qu’alimentaire. Autrefois, les médecins ORL faisaient grand usage du simple soufre lavé ou même de spécialités soufrées pour les maladies respiratoires. Actuellement, on y a moins recours et c’est bien dommage !

Mais alors, que dire de l’huile de Haarlem qui contient tout à la fois du soufre actif et de l’essence de térébenthine : une aubaine pour les poumons encombrés et infectés.

Les intestins : le soufre empêche les phénomènes de putréfaction qui contribuent à une forme d’intoxication chronique et insidieuse pour une grande partie de la population. L’huile de Haarlem assainit les intestins et empêche le développement de bactéries et champignons parasites.

La peau, les cheveux, les ongles : c’est au travers de la peau que le corps rejette des déchets, le soufre va ainsi l’assainir. Quoi de plus stupéfiant qu’une peau claire et sans bouton après la prise de l’huile de Haarlem ! Celle ci devient plus belle parce que la kératine de la peau s’enrichit en soufre. Il en est de même des cheveux qui retrouvent leur éclat et leur brillant après une simple cure d’huile de Haarlem….

Les reins : là encore, on a constaté de manière empirique que la prise de capsule de Haarlem permetait de mieux éliminer les poisons par les voies urinaires tout en assainissant celles-ci. Qu’on puisse voir disparaitre une infection urinaire, voire la résolution d’un calcul à la suite de prise de capsules d’huile de Haarlem semble possible. C’est du moins une allégation faite sur les anciennes notices du produit quand il était délivré en pharmacie…

La teneur en soufre du corps est de l’ordre de 140g et le renouvellement cellulaire demande un apport de 850 mg et ce dernier est délivré le plus souvent par les acides aminés.

Hémoglobine, hormones ( thyroïde, pancréas) enzymes ( le foie contient à lui seul environ 1000 enzymes dont beaucoup de protéines contenant du soufre). Les anticorps qui luttent contre la maladie contiennent du soufre.

Alors maintenant, comprenez-vous pourquoi l’huile de Haarlem est-elle si précieuse ?

Le soufre est un vrai « videur » de toxines. Il contribue à nous protéger des agents de contamination nocifs et les escorte hors du corps. C’est un puissant antiallergique, anti-rhumatismal, anti-grippal, antiseptique, antiputride, régénérant du foie, anti-fatigue …
Le soufre c’est le feu, celui qui donne la vie à tout le corps…

 

Roland Reymondier
Ecrivain, conseiller en produits de nutrition

Quelques informations sur la page :
  • Auteur: Bernard.Burlet
  • Date d’ajout: le 31 octobre 2014

 

***