Wifi radio-fréquences électromagnétisme micro-ondes

Classé dans : Articles, Santé | 0

Wifi radio-fréquences électromagnétisme micro-ondes

Wifi radio-fréquences électromagnétisme micro-ondes : leurs dangers sont bien souvent insoupçonnés par les utilisateurs des nouvelles technologies

 

 

Plusieurs études scientifiques et prises de position officielles :
Etudes et rapports (cerveau, sang, sperme …)
Avis, commentaires et analyses scientifiques
Résolutions et appels de médecins ou d’experts démontrent que le Wi-fi, le DECT et le Bluetooth sont dangereux pour la santé de votre bébé, de votre enfant, de vous-même et de votre entourage,  vos voisins.

 

La puissance nominale (W/kg) de ces technologies n’est pas en cause mais l’effet cumul du signal, qui est un processus d’information et non un apport d’énergie. Cela déclenche une cascade d’évènements biochimiques, dus à la nature même du signal, qui est est un envoi / réception de données numérisées sur une porteuse micro-ondes (~1900Mhz / ~2400Mhz / ~5 400 Mhz).

 

En somme, être exposé à de faibles valeurs 24h/24h est pire que d’être exposé ponctuellement à de fortes valeurs.

C’est l’ “effet cumulatif”, décrit par les Dr Sadickova, Zaret, Lai et Carino depuis 1973 , qui démontre que, contrairement aux effets thermiques qui disparaissent quand disparaît la cause, les perturbations dues aux effets athermiques, quand elles dépassent la capacité d’’auto-réparation, demeurent même en absence de cause en raison de la dégradation organique et de ses conséquences. Et ce, même à de très faibles valeurs.

 

 

 

Depuis l’an 2000, le secteur des assurances reconnaît déjà les risques potentiels de ce type de champs électromagnétiques.

– Rapport AUVA (2009): Cette compagnie d’assurance autrichienne a demandé à des experts d’évaluer les effets biologiques des rayonnements du téléphone mobile. Des effets non-thermiques ont été observés : “… les effets démontrés, n’auraient même pas dû avoir lieu, selon le mécanisme d’interaction strictement thermique qui aurait été couvert par les recommandation d’exposition actuelles”.

 

– Lloyd de Londres (2010): “Le danger avec les CEM est que, comme l’amiante, l’exposition à laquelle les assureurs sont confrontés est sous-estimée et pourrait croître de façon exponentielle et être avec nous pour de nombreuses années.” Lloyd refuse de couvrir les demandes d’indemnisation liées aux rayonnements RF (Ryle, 1999).

– Swiss Re (2013): “Au cours de la dernière décennie, la propagation de dispositifs sans fil s’est considérablement accélérée. … Ce développement a augmenté l’exposition … Si un lien direct [aux effets sur la santé] … était établi, cela ouvrirait la porte à de nouvelles demandes d’indemnisation et pourrait finalement conduire à des pertes importantes … “

 

Conséquences imprévues des champs électromagnétiques (Swiss Re 2013)
Impact potentiel global : Haut
Délai d’exécution : > 10 ans.

Depuis Mai 2011, les radiofréquences dont fait partie le WIFI sont classées par l’OMS dans le Groupe 2B – potentiellement cancérogène pour l’homme.
Un classement amplement suffisant pour imposer dès à présent l’application du principe de précaution.

En outre, depuis la promulgation de la Loi n° 2015-136 le 9 Février 2015 en France, le WIFI devrait-être interdit à tous les petits enfants, voire par extension des femmes enceintes.

L’oreillette Bluetooth doit-être remplacée par une oreillette filaire classique. Le téléphone DECT doit être remplacé par un téléphone filaire ou par un téléphone sans-fil analogique sans écran.

Quant au Wi-fi, il doit être replacé par un câble, qui d’un point de vue uniquement technique offre une meilleure stabilité et un meilleur débit. La difficulté nait de la configuration de votre logement. Auquel cas nous vous conseillons de passer les câbles dans ou sur les plinthes et à travers les murs.
Voir : Comment désactiver le Wifi (Wi-Fi) chez soi

Dans ces affichettes, vous trouverez un résumé des arguments scientifiques contre le Wi-fi et de nombreuses recommandations officielles qui indiquent de ne plus utiliser le Wi-fi chez soi ni à l’école, ni au travail…

Rappel :

L’association nationale Robin des Toits n’a pas d’idéologie mais cherche à favoriser les technologies de communication respectueuses de la santé publique. Ce qui suppose une réglementation réelle centrée sur un maximum d’intensité en tous lieux de 0,6V/m pour les émissions de la téléphonie mobile GSM.

Le programme de Robin des Toits comporte, en revanche, un moratoire sur la 3G (UMTS) / 4G (LTE) jusqu’à diffusion d’un rapport scientifique crédible et l’interdiction légale pour les émissions Wi-fi, FemToCell, Wimax, DECT et Bluetooth, pour lesquels la protection du public est impossible en raison de leurs caractéristiques techniques (fréquence, densité des données transmises…)

 

Robin des Toits n’est donc pas opposé en soi aux antennes-relais mais à leur prolifération sans contrôle en raison du fait que les intensités de ces dernières ne sont pas légalement limitées.

Robin des Toits est en revanche opposé au Wi-fi, FemToCell, Wimax, DECT, Bluetooth pour lesquels le seuil de 0,6V/m n’est pas applicable.

Les études citées dans cet article sont la base de cette prise de positions :
http://www.robindestoits.org/VRAI-FAUX-sur-la-telephonie-mobile-et-le-Wi-fi_a1524.html